BAF.F!

© 2015-2017 art numérique by Fabien Fernandes.

A la pointe du combat

November 10, 2015

Je suis de tous les combats

De ceux du  haut, de ceux du bas

A l'international

Comme au niveau local

J'aligne, je tire, j'me retire

Je ne change pas de ligne de mire

L'ennemi est toujours le même

L'ami toujours le problème

Je suis comme une balle traçante

Une danseuse de valse sanglante

Une armoire à verbes d'actions

Un tiroir rempli de munitions

J'agite, je cogite et plante

Des lames dans les âmes décadentes

Je fais souffrir ceux qui se voilent

Et portent des masques pris dans la toile

 

Je suis un mangeur de médailles

De grades et de bétails

Je faits sauter la mine de mon stylo

Dans la bataille contre l'ego

Comme une brique de destruction

Qui brise leurs jeux de construction

J'suis l'détergent d'agents d'état

Ces experts en bonheur: ex mardi gras

J'efface, je rase, j'écrase

Les préjugés tel métastases

Ils se répandent dans l'eau usée

De trop d'cerveaux édulcorés

Je traque, je souffle, j'essouffle

Ceux qui s'engraissent et nous étouffent

De leur monnaie de singe, de leur sale linge

De c'qui tourne pas rond dans leurs méninges

 

Je plains celui qui choisit un maillot

Une couleur, un drapeau, un héros

Ceux qui se baignent dans l'hygiène

Ceux qui se peignent  d'une brosse de haine

Je suis une bête contre la somme

Un faux calcul qui vous assomme

Une rumeur qui flotte dans l'air

Qui dit qu'on n'veut plus de comptes bancaires

Sous ce climat qui pue la dictature

Je malmène sans bavures et sans ratures

Les faux prêcheurs dans l'imposture

Qui vante patrie et vende race pure

J'écris, je crie et je dédie

A ce système à l'agonie

Que nous sommes là au pied du trône

Et qu'ils prennent garde malgré leurs drones.

 

Je suis le tranchant aiguisé de l'épée

Le pourfendeur de leurs fausses paix

La bombe qui tombe sur les mirages

L'avion qui plombe leurs images

Écorcheur de faux honneurs, j'écœure

Je donne des hauts le cœur

J'assoupli la carne du pouvoir

A coups de poings, a coup de noir

A coup de gris sur leurs rêves illusoires

A main armée de la force d'y croire

Qu'un jour ou l'autre ici bas en enfer

On privera de ce spectacle nos maitres

Celui du sang qui coule trop vite

Pour l'intérêt qu'ils se créditent

Pendant que nous la bouche ouverte

On se divise pour quelques miettes

 

Je lutte pour ses pousses qu'on foule du pied

Qu'on compare toujours à l'ivraie

Qui cherche l'air sous la pression

Des normes de la domination

Je dénonce ceux qui sèment la panique

A coups de presse et de slogans toxiques

Les grands monarques de la consommation

Et les  énarques de nos institutions

J'avance dans le couloir des portes closes

A coups de boutoirs je les explose

Je cherche le boudoir des élites

Pour bonne raclée suis-je explicite ?

Mais seul que faire ? Je vous convie

A la grande table de mes envies

Pour dévorer une fois pour toute

Ces voleurs,  spécialistes de la banqueroute

 

Je suis l'espoir sans les promesses

La foi en l'autre sans les grandes messes

Je chante, je danse, je vibre de la vie

Je scande, je bande, j'ondule à l'infini

Je fais appel à la jeunesse

A tous ces loups dans la détresse

Qui vivent leur rage seul dans leur coin

Et livre leur force à des putains

Je dis qu'on  peut livrer bataille ensemble

S'nourrir de tout ce qui nous ressemble

Sortir de l'ombre des décideurs

De tous ces hommes qui comptent nos heures

Je suis de tous les assauts

Prêt à défendre mes idéaux

Prêt à mourir pour mes rêves

Pour qu'enfin l'amour prenne la relève

 

Please reload

Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now